Accueil International Venezuela: un 1er-Mai de violences à Caracas

Venezuela: un 1er-Mai de violences à Caracas

Venezuela: un 1er-Mai de violences à Caracas 1

Les violentes échauffourées ont commencé en fin de matinée à proximité de la base aérienne La Carlota, dans l’est de Caracas, lorsque les manifestants ont cherché à bloquer l’autoroute qui longe la base. Les contestataires, dont certains avaient le visage masqué, ont commencé à lancer des pierres et des cocktails Molotov en direction de la Garde nationale bolivarienne (GNB), un corps militarisé chargé du maintien de l’ordre, qui a répondu par des tirs de gaz lacrymogène.
Les affrontements se sont poursuivis tout au long de la journée de mercredi aux abords de la base. C’est de cette même base de La Carlota que Juan Guaido avait revendiqué la veille le soutien d’un groupe de soldats et appelé à un soulèvement militaire, qui a échoué. Des affrontements ont eu lieu dans d’autres quartiers de Caracas.
Une femme de 27 ans, Jurubith Rausseo, est morte mercredi soir à l’hôpital après avoir reçu une balle dans la tête pendant une manifestation contre le président vénézuélien Nicolas Maduro à Caracas, selon une organisation de défense des droits humains. « Nous condamnons l’assassinat de la jeune Jurubith Rausseo » par « impact de balle dans la tête pendant une manifestation », a tweeté l’Observatoire vénézuélien des conflits sociaux.

Parmi les blessés, la presse n’a pas été épargnée : au moins quatre journalistes, dont le journaliste vénézuélien Gregory Jaimes, touché au coup et au torse, ou encore le photojournaliste John FQ qui a été touché par un tir de chevrotine au bras et à l’abdomen. Les journalistes auraient été délibérément visés par la Garde nationale bolivarienne (GNB).

LIRE AUSSI>>  Bolivie: Evo Morales déclare qu’il part pour le Mexique

Guaido appelle à une grève générale

« Demain, nous allons accompagner la proposition de grève tournante (faite par les travailleurs) pour arriver à la grève générale », a déclaré devant des milliers de partisans Juan Guaido. « On va continuer dans la rue jusqu’à obtenir la liberté », a assuré l’opposant.

Venezuela: un 1er-Mai de violences à Caracas 2

Maduro «n’hésitera pas» à punir les «traîtres» pour le soulèvement raté

« Je n’aurai aucune hésitation, lorsque la justice l’ordonnera, à mettre derrière les barreaux les responsables de ce coup d’État criminel », a déclaré le chef d’État vénézuélien à plusieurs milliers de partisans dans un discours prononcé devant le palais présidentiel de Miraflores à l’occasion de la fête du Travail. Nicolas Maduro a également affirmé que ce « soi-disant coup d’État » a été orchestré « depuis la Maison Blanche » par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. « Dans les prochains jours, je montrerai qui a conspiré et j’apporterai des preuves de la façon dont ils ont conspiré pour que le peuple sache qui sont les traîtres et que la justice fasse son travail », a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI>>  Le président Trump acquitté sur toute la ligne
Venezuela: un 1er-Mai de violences à Caracas 3

Les partisans de Nicolas Maduro sont eux aussi sortis dans la rue. Au cri de « No pasaran! » (Ils ne passeront pas!), le pouvoir avait donné rendez-vous à ses fidèles dans le centre de Caracas, aux abords du palais présidentiel de Miraflores, pour le traditionnel défilé du 1er-Mai, qui, cette année, prend une connotation particulière, après l’échec la veille de ce que Nicolas Maduro qualifie de tentative de coup d’État

Entretien téléphonique entre Pompeo et Lavrov

Lors d’un entretien téléphonique tenu « sur initiative américaine », Sergueï Lavrov a estimé que « l’ingérence de Washington dans les affaires du Venezuela est une violation flagrante du droit international » et que « cette influence destructrice n’a rien à voir avec la démocratie », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.  Il a ajouté que « seul le peuple vénézuélien a le droit de décider de son destin, réclamant pour cela le dialogue de toutes les forces politiques du pays, ce que reconnaît depuis longtemps le gouvernement ».

Mike Pompeo a accusé Moscou de « déstabiliser » le Venezuela, et de nouveau demandé à la Russie de cesser de soutenir le président socialiste Nicolas Maduro. Il a prévenu qu’« une intervention militaire (était) possible. Si c’est nécessaire, c’est ce que feront les États-Unis ».

Source: RFi

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.