Accueil Éditorial Quand la position des vieux démons de New York ne passe pas...

Quand la position des vieux démons de New York ne passe pas contre la nouvelle génération

Port-au-Prince, le 24 Mai 2021.- À New York a eu lieu, le samedi 22 mai, une rencontre entre la diaspora haïtienne et quelques membres du gouvernement pour mettre en phase sur l’engagement de la diaspora haïtienne dans les activités de leur pays d’origine, mais il y a une poignée d’opposants voulant mobiliser la communauté haïtienne contre la rencontre et cette mobilisation n’a pas eu l’effet escompté parce que la rencontre avait tenu et les opposants n’étaient que deux douzaine dans les rues newyorkaises.

En Haïti et ailleurs précisement les vieux démons de New York comme Éden Debas, pasteur Daniel Ulysse et Bernadette Dormevil pensent qu’ils sont, en Haïti, en voulant mettre en scène la pensée unique et en appliquant la censure et la répression lors ce quelqu’un donne un avis contraire à eux, c’est-à-dire, ils veulent empêcher la libre expression et le débat contradictoire. Ces trois ramassis croient qu’ils sont des leaders mais en réalité leur imbécilité n’a pas de limite, il y a des preuves plus que quotidiennes de leur immoralité. Leur niveau est toujours plus bas, ce sont des vieux racailles qui continuent de foutre la merde dans tous ceux qui sont en faveur du peuple haïtien dans la logique que le peuple ne doit jamais respirer. Il faut le maintenir dans la pauvreté et le laisser sans ressources. Ça montre clairement leur mentalité anti-peuple. Ça suffit !

LIRE AUSSI>>  Dans l'intimité d'une opposition haïtienne malsaine

Comme a si bien dit Baruch Spinoza: «Personne ne peut vous enlever votre liberté de penser. Vous pouvez être conseillé, éclairé par d’autres, mais ne laissez jamais quelqu’un penser pour vous». Ainsi, les haïtiens et les descendants haïtiens qui vivent à New York ne peuvent pas laisser ces trois anti-sociaux, ces ramassis Éden Debas, pasteur Daniel Ulysse et Bernadette Dormevil « mete baboukèt nan bouch yo ». Toujours avec cette mentalité de nihilisme. C’est la haine liée à la médiocrité vis-à-vis du talent. Bien trop loin du débat d’idées.

LIRE AUSSI>>  Haïti est fatiguée des gourous politiciens

La jeunesse ne doit pas trembler. Tous les gens respectables doivent faire valoir leur opinion. Le référendum c’est l’avenir d’Haïti, en ce sens il doit et devra y avoir une nouvelle génération et new leaders en Haïti et ailleurs. Les temps changent de la même façon que les générations, donc une nouvelle génération pour une nouvelle vision, et une nouvelle façon de pensée.

Pas de doute il y a de l’avenir, en effet, c’est le moment de laisser la place aux jeunes avec un visage de réussite, visage de professionnel, visage de femme haïtienne, visage d’investisseurs, visage du savoir, visage des ressources, voilà à quoi devrait ressembler le visage de la diaspora haïtienne.

Jacques A. LÉTANG

Antenne 509 /A509
L’information en un clic !

Partager