Accueil Éditorial Les réseaux sociaux réfugent des justiciers haïtiens

Les réseaux sociaux réfugent des justiciers haïtiens

Les réseaux sociaux réfugent des justiciers haïtiens 1

Port-au-Prince, 19 juillet 2020.- En Haïti, la liberté d’expression sur les réseaux sociaux est entière et totale. C’est là qu’apparait un poste aussi important qui est la justice. N’importe qui pense qu’avec un smartphone permet d’être justicier, cela cause que la tentation du jugement est irrépressible. Tout le monde en parle et beaucoup de gens ont entièrement raison, la justice se règle sur les réseaux sociaux et l’opinion partagée fait toujours la une dans les médias.

Quand une chose est bonne, la quantité de personnes qui la félicite est très minime. Maintenant si l’État haïtien faisait bien son travail qui est de réduire la pauvreté, personne ne perdrait de temps sur les réseaux sociaux comme justiciers. C’est surtout la bêtise des dirigeants qui revient toujours comme un boomerang et c’est profitable aux justiciers qui se trouvent sur la toile pour se réfuger et dicter l’opinion publique.

LIRE AUSSI>>  HAÏTI, GOUVERNANCE ET ABONNÉS ABSENTS…

C’est ainsi, que la violence verbale rentre en jeux et les justiciers des réseaux sociaux pensent qu’ils sont des juges et des vrais journalismes puisqu’à chaque sujet d’intérêt national, les justiciers trouvent un os, ils rongent, ils rongent et ils bavassent pour créer plus de crise en manipulant la société. Leurs « opinions » sont toujours en boucle sur tous les réseaux et les plateaux se constituent en fonction de cela. Les justiciers n’ont pas de limites de paroles.

LIRE AUSSI>>  L'INSÉCURITÉ, CETTE BOMBE À RETARDEMENT…

Il faut aimer beaucoup la société virtuelle dans laquelle Haïti baigne, c’est super évolutive. Justement, c’est hâte à l’exécution sur les réseaux sociaux, car ce sont des logiciels de justice sociale où la violence physique verbale ne devrait pas avoir eu lieu.

Antenne 509/A509
L’information en un clic !

Partager