Accueil Faits divers Le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré dans...

Le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde

Le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde 1

La moyenne des températures enregistrées le mois dernier a été supérieure de 0,04 °C à celle de juillet 2016, selon le programme européen Copernicus. Pour son directeur, ce nouveau record sera battu « avec la poursuite des émissions de gaz à effet de serre ».

C’est un record que personne ne revendiquera. Le mois de juillet 2019 a été le plus chaud jamais enregistré sur la planète, selon les données du programme européen de surveillance de la Terre, Copernicus. « Le mois de juillet est généralement le mois le plus chaud de l’année dans le monde, mais selon nos données [ce mois de juillet 2019] est également le mois le plus chaud jamais mesuré, de justesse », a déclaré ce lundi dans un communiqué le chef du service Jean-Noël Thépaut.

La température moyenne a ainsi dépassé de 0,04 °C celle  du précédent record, enregistré en juillet 2016. Elle est aussi supérieure de 0,56 °C par rapport à la moyenne de la période allant de 1981 à l’an 2000 et de 1,2 °C par rapport à l’ensemble de la période préindustrielle, base de référence des experts de l’ONU sur le climat.

LIRE AUSSI>>  Trump dévoile la photo du chien qui a participé à l'assaut américain contre le chef de Daesh

« Avec la poursuite des émissions de gaz à effet de serre et l’impact sur l’augmentation mondiale des températures, des records continueront à être battus », a insisté Jean-Noël Thépaut.

« Des records continueront à être battus »

A l’instar de l’année 2016, 2019 a été marquée par les effets du phénomène climatique El Niño, capable d’entraîner des dérèglements sur l’ensemble du globe. Mais celui-ci avait déjà commencé à s’affaiblir le mois dernier et s’est avéré bien moins puissant que celui enregistré il y a trois ans.

En 2.000 ans, il n’a jamais fait aussi chaud partout sur la Terre

Compte tenu de la faiblesse de l’écart par rapport à 2016, le communiqué de Copernicus précise qu’il faudra néanmoins attendre les conclusions des autres organismes de référence, comme l’Agence atmosphérique américaine (NOAA), pour confirmer qu’il s’agit bien d’un record.

LIRE AUSSI>>  La justice russe dissout une ONG de défense des droits de l'homme réputée

Canicules et fonte des glaces

Reste que des symptômes de cet échauffement sont d’ores et déjà visibles. L’Europe a ainsi connu deux épisodes caniculaires  d’une intensité exceptionnelle, en juin et en juillet.

Au Groenland, la fonte de la banquise a été trois fois supérieure à la norme. « Pour le seul mois de juillet, la calotte a perdu 160 milliards de tonnes de glace par la fonte de surface. Cela représente l’équivalent de 64 millions de piscines olympiques », a souligné une porte-parole de l’Organisation mondiale météorologique.

Le 1er août, 11 millions de tonnes de glace se sont déversées en une seule journée dans l’océan Atlantique, selon l’Institut météorologique danois, enregistrant « les taux de fonte parmi les plus élevés de tous les temps ».

Source: Les Echos

Partager