Accueil Éditorial Le cas de Lambert

Le cas de Lambert

Le cas de Lambert 1

Passer aujourd’hui à l’opposition, c’est devenu la mode pour plusieurs raisons et l’une d’elles est de montrer qu’on doit trahir le Président de la République pour pouvoir récolter de la sympathie d’une frange de la population.

La deuxième raison ce n’est autre que pour évacuer une certaine frustration, car pendant longtemps, Monsieur Lambert s’était vu premier ministre, il a même modifié sa carte de visite et fait changer son bureau, parce qu’il recevait déjà des gratins de la politique haïtienne et ne parlons pas des ambassadeurs qui lui tournaient autour. Ça devait lui monter à la tête, parce que l’animal politique qu’il se dit être, a plusieurs cordes à son arc

LIRE AUSSI>>  Quand Pierre L'espérance réinvente l'art de mentir…

La troisième raison,  c’est pour revenir plus fort, en ayant dans son CV le certificat de la trahison. Parce que dans la politique de chez nous, la loyauté est mal vue, au contraire de la délation qui est perçue comme un acte noble au même titre que la trahison.
Mais tout compte fait, la trahison et la délation politique, à elles seules ne peuvent conduire à la boîte de Pandore, il en faut davantage, Sénateur Lambert.

LIRE AUSSI>>  À la rencontre des sénateurs et des députés

Et qui est le suivant? Je sais qu’il y en aura parce que la mode emportera plus d’un dans son sillage.

Al Jan Gil Août 2019

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.