Accueil Sécurité/insécurité L’accusé haïtien, Rodolphe Jaar, dans le meurtre du président semble vouloir coopérer...

L’accusé haïtien, Rodolphe Jaar, dans le meurtre du président semble vouloir coopérer avec les enquêteurs américains

Antenne509 ©️ 2022

Port-au-Prince, le 26 janvier 2022.- Un trafiquant de drogue haïtien précédemment condamné qui s’est volontairement envolé pour Miami pour faire face à de nouvelles accusations dans l’affaire fédérale d’assassinat du président d’Haïti, Jovenel Moïse, a accepté ce mercredi d’être détenu car il semble qu’il veut coopérer avec les enquêteurs américains, alors qu’ils se concentrent sur un réseau de suspects étrangers et du sud de la Floride.

Rodolphe Jaar, un ancien informateur de la Drug Enforcement Administration (DEA), est accusé d’avoir joué un rôle central dans la fourniture de logements, d’armes et d’autres formes de soutien à un groupe de mercenaires colombiens soupçonné d’avoir assassiné Jovenel Moïse dans sa résidence le 7 juillet de l’année dernière.

Le défenseur public adjoint de Rodolphe Jaar, Joaquin Padilla, a déclaré mercredi à un juge d’instruction que pour l’instant il ne contesterait pas sa détention avant son procès et qu’il ne contesterait pas non plus une plainte pénale déposée la semaine dernière avant son arrestation. La juge Lisette Reid a ordonné la détention de Rodolphe Jaar avant le procès et a prévu sa prochaine comparution devant le tribunal fin février, lorsqu’il deviendra plus clair s’il continuera à négocier un accord de plaidoyer ou choisira de faire face à une mise en accusation par un grand jury.

Rodolphe Jaar, 49 ans, qui a la nationalité haïtienne et chilienne, est accusé d’avoir fourni un soutien matériel ayant entraîné la mort du président haïtien Jovenel Moïse et d’avoir conspiré pour le tuer ou le kidnapper en dehors des États-Unis. Il risque la prison à vie.

Selon des sources d’application de la loi, Rodolphe Jaar dispose d’informations essentielles qui pourraient aider les agents du FBI et des enquêtes de la sécurité intérieure à monter un dossier de complot plus solide contre des suspects haïtiens, colombiens et du sud de la Floride dans l’assassinat du président d’Haïti.

LIRE AUSSI>>  Haïti insécurité: un couple de Français tué par balles

Rodolphe Jaar a accepté d’être transporté par avion à Miami mercredi dernier après sa récente arrestation en République dominicaine, est accusé d’avoir rencontré un co-conspirateur haïtien-américain avant que le complot meurtrier ne soit exécuté et de l’avoir aidé, ainsi que d’autres personnes prétendument liées à l’assassinat de Jovenel Moïse cacher dans ses suites, selon une plainte pénale et un affidavit du FBI.

Lors d’un entretien en décembre alors qu’il se cachait à Port-au-Prince et des semaines avant son arrestation, Rodolphe Jaar a admis aux enquêteurs américains qu’il « avait fourni des armes à feu et des munitions aux Colombiens pour soutenir l’opération d’assassinat », indique l’affidavit du FBI. « Il a déclaré que l’opération était passée d’une arrestation … [pour retirer Jovenel Moïse dans ses fonctions] à une opération d’assassinat après le plan initial de ‘capturer’ le président haïtien à l’aéroport [de Port-au-Prince] et de l’emmener par l’avion n’a pas avancé ».

Rodolphe Jaar est le deuxième suspect à être arrêté dans l’enquête américaine sur l’assassinat de Moïse. Début janvier, les autorités américaines ont arrêté un ancien sergent colombien, Mario Antonio Palacios Palacios, qui s’était enfui en Jamaïque après des mois de clandestinité en Haïti et avait été expulsé vers la Colombie par un juge jamaïcain. Lors d’une escale au Panama, il a été arrêté et on lui a dit qu’il y avait un mandat d’arrêt contre lui aux États-Unis. Il a accepté de se rendre à Miami pour faire face à des accusations de complot.

LIRE AUSSI>>  Martine Moïse, a raconté aux agents du FBI l'horreur qu'elle a vécue aux mains d'un groupe de mercenaires

Les enquêteurs américains ont également en vue un troisième suspect, un ancien sénateur haïtien, John Joël Joseph, qui est détenu en Jamaïque, où il est détenu pour une infraction à l’immigration. Dont le passeport porte le nom de Joseph Joël John, a été arrêté dans une maison de la paroisse rurale de St. Elizabeth, avec sa femme et ses deux enfants, après être entré dans la nation anglophone des Caraïbes par bateau – également après avoir passé des mois à se cacher.

Bien que 44 Colombiens, Haïtiens et Américains d’origine haïtienne aient été arrêtés dans le cadre de l’enquête d’Haïti sur le meurtre du président le 7 juillet 2021, l’enquête de ce pays s’est heurtée à des obstacles, notamment le récent limogeage du juge d’instruction qui supervisait l’affaire de la Police nationale d’Haïti.

Les enquêteurs américains ont assemblé leur propre dossier en utilisant le travail d’enquête de la police judiciaire d’Haïti, qui a produit un résumé de 124 pages de leur enquête exhaustive. Le rapport obtenu par le Miami Herald, décrit des rencontres entre les différents suspects, dont Rodolphe Jaar, et des enregistrements de téléphones portables. Au cours de leur enquête parallèle, des agents fédéraux américains ont également obtenu des SMS.

« Selon des entretiens avec plusieurs co-conspirateurs détenus en Haïti, à ce stade, certains co-conspirateurs savaient, ou du moins croyaient, que le plan était d’assassiner plutôt que de kidnapper le président Jovenel Moïse », indique l’affidavit. Le 1er juillet, « le co-conspirateur n° 1 [James Solages] s’est envolé de la Floride vers Haïti pour participer à l’opération ».

Source: miamiherald.com

https://www.miamiherald.com/news/local/article257739748.html

Antenne509 ©️ 2022 #A509

Antenne 509 / A509
L’information en un clic !

Partager