Accueil Éditorial La confusion des pouvoirs, un danger pour la démocratie et les libertés...

La confusion des pouvoirs, un danger pour la démocratie et les libertés individuelles

La confusion des pouvoirs, un danger pour la démocratie et les libertés individuelles 1

La voie qu’emprunte l’alternative est dangereuse et menace les fondamentaux de la démocratie, notamment la séparation des pouvoirs. Le pouvoir judiciaire n’est pas un pouvoir politique. La décision de placer au plus haut sommet de la République, un juge de la Cour de cassation, constitue un accroc majeur aux principes de séparation de pouvoir.

Les juges de la Cour de cassation ne doivent pas interférer ou se laisser manipuler par les acteurs politiques dans une telle conjoncture. L’èventuel président provisoire qui sera ainsi choisi ne sera qu’une marionnette, sans pouvoir sans volonté propre. Toute participation dans ce bouillon politique ne fera qu’affaiblir encore plus le judiciaire en permettrant aux groupes qui seront au pouvoir de contrôler les trois fonction de l’etat: Executive, législative surtout en l’absence du parlement et judiciaire. Une situation qui pourrait conduire aux pires dérives.

LIRE AUSSI>>  Quand le renversement de Jovenel Moïse rime avec le renversement d’Haïti

Attention danger! on ne peut pas, on ne doit pas tout banaliser. Les politiques du pays doivent résoudre le problème qu’ils ont eux même créé en 33 ans de démocratie, de mal gouvernance, de magouille et de « gangérisation » des quartiers populaires.

Le pouvoir judiciaire étant le seul qui ne soit pas fracassé par cette crise, malgré ses manques, la corruption et ses faiblesses structurelles, doit rester à l’écart de ce Tohu Bohu, et protéger la République ou du moins ce qu’il en reste.

LIRE AUSSI>>  COVID-19, 24 CAS ET DEJA UN MORT: EVITONS LA FACTORIELLE 24 (24!)

LEPS le MAGnifik

Partager