Accueil Opinion J’ai voté contre Jovenel, mais je veux qu’il reste

J’ai voté contre Jovenel, mais je veux qu’il reste

Fini le temps des présidences éphémères, parce que ça doit appartenir aux brumes du temps. Mais habitués à jouer les trouble-fêtes, nous n’avons pas su nous élever et maîtriser la pédagogie du quinquennat présidentiel.

Nous nous sommes plutôt comportés comme des cafards politiques à l’assaut du pouvoir : “Depi se pa pou nou, nou vle gate l”. Parce que le quinquennat nous est trop long, l’attente sera donc trop longue, autant le gâter en jouant au con pour l’écourter, fut-ce même de mettre le pays à feu et à sang.

Avant et pendant les élections qui ont porté Jovenel Moïse au pouvoir, j’ai souvenir d’avoir fait tout ce que j’ai pu pour dissuader certaines personnes de ne pas reproduire le PHTK et ses effets pervers. C’était comme si je parlais à mon ombre, car elles avaient leurs opinions toutes faites et leurs raisons de ne pas m’écouter, parce que je ne leur ai pas menti, je leur disais la vérité, mais aux temps des joutes électorales, la vérité est surtout mauvaise conseillère. Inutile d’être franc et sincère. Parce que la population se raffole des petits mensonges crûs à la Martelly et qu’importe ce qui passera après, elle reproduira les mêmes bêtises cinq ans plus tard.

Qui se rappelle avoir vu une arme collée à la tempe d’un électeur? Et pourtant, il a voté le programme invraisemblable de Jovenel Moïse. D’aucuns diront qu’on leur a donné 1000 gourdes, mais ils étaient seuls dans les isoloirs. D’autres diront que c’était le blanc, mais le blanc ne peut nous imposer son choix, nous l’avons voulu bien avant qu’il ne se décide. Vous auriez incendié tout Haiti si Manigat avait gagné contre Martelly. Vous auriez fait des massacres si Jude avait triomphé de l’actuel président de la République. Nous avons tiré le vin, autant passer les 5 prochaines années à le siroter, tout en espérant avoir appris des erreurs du passé.

J’ai voté contre Jovenel, mais je veux qu’il reste et ce sont pas les acrobaties de Moïse Jean-Charles, de Youri Latortue, d’André Michel ou même de Schiller Louidor qui me feront changer d’avis.

D’ailleurs, ils font, tête baissée, le jeu de leurs patrons et se battent aussi pour leurs petits intérêts. Plus corrompu et rusé que le sénateur Latortue, ça n’existe pas et pourtant, il est le fer de lance de ce mouvement insurrectionnel.

Souvenez-vous de Jacques Roche? Don Kato a décidé de son sort. Kidnappé puis assassiné au plus fort de l’opération Bagdad de laquelle il a été un chef de file et aujourd’hui, il se veut plus blanc que la neige et se prend pour un héros national. Ah! héroïsme quand tu nous tiens…

Souvenez-vous du passage de Schiller Louidor à la DCPJ? Il y était impliqué dans le vol de $700 000 USD. Aujourd’hui, il se prend pour l’ennemi numéro un de la corruption, criant au voleur dans toutes les rues de la Capitale. Bien imbu de quelques crimes des membres de l’opposition qui se liguent contre le Chef de l’Etat, je veux qu’il reste pour plusieurs raisons :

  • Pour donner une leçon à la malveillance politique qui semble gagner la plupart des leaders de l’opposition pour qui, le quinquennat présidentiel est trop long et doit être écourté pour leur permettre de jouer aussi leurs partitions, au grand mépris des prescrits constitutionnels.
  • Pour montrer à la population que le “krazebrize” et les manifestations violentes ne décident pas toujours du “rachemanyòk”. Au contraire, ça décide de son net appauvrissement et de la montée de l’insécurité reine de nos rues.
  • Pour nous apprendre une fois pour toutes que le Président est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Il ne peut exercer deux mandats consécutifs ni en briguer un troisième.

Qu’est-ce que cela nous coûtera de maîtriser la pédagogie électorale en 2019?

Des leaders de partis, non contents de ne pas être portés au pouvoir, jouent aux cafards, parce qu’ils n’ont pas la patience de travailler, de colmater les brèches et surtout d’attendre, tout en éduquant la population pour pouvoir la rallier à leur cause. Ils s’impatientent et profitent de la moindre incartade pour crier à bas et pour décider de l’avenir de la Nation.

Je souhaite que tout cela cesse et que la paix revienne. J’ai, moi aussi mes griefs, j’ai des revendications aussi grosses que le monde, mais toutefois, je m’attends à ce que la population élise des personnes compétentes, honnêtes et dont la probité morale n’est pas discutable pour tenir la route et pour défendre les intérêts de la nation, en passant par l’organisation des procès justes et équitables, capables de mettre un frein au vol et à la corruption qui minent l’économie nationale et qui nous condamnent à la mendicité.

Voter n’importe qui, fera toujours n’importe quoi et l’on revient toujours à la case-départ et au même train-train désagréable fait de manifestations violentes, de poussée de gangsters et de mise à sac de toute la République. Je n’ai pas voté pour Jovenel, mais je souhaite toutefois qu’il termine son mandat dans l’intérêt de toute la République et que prenne fin cette volonté morbide de tout casser quand nous revendiquons pour un ou pour un non.

KéDar, Novembre 2019
©Tous droits réservés

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.