Accueil Éditorial Insécurité en Haïti. Entre mains souples et ressentiments personnels

Insécurité en Haïti. Entre mains souples et ressentiments personnels

Par Roslande Jacquelinne Monestime

©️ 2022 #A509

Port-au-Prince, le 5 mai 2022.- C’est le nivellement par le bas en Haïti, c’est un échec. Jamais auparavant le niveau n’a été aussi bas. Plus de valeurs, pas de responsabilités, pas de résultats, trop d’argent, des arrangements pour des profits de carrières, d’opportunités. Le système doit être changé. L’insécurité est créée par la mafia d’État, politique et économique pour leur permettre ensuite de prendre des mesures liberticides et augmenter le coût de la vie. Depuis des années la population est perpétuellement en état d’urgence.

La minorité qui succe le sang des millions d’Haïtiens vivent heureux et cherche toujours à diaboliser tous ceux qui veulent une justice pour le peuple face aux criminels. Mains souples des dirigeants face aux briguants. Tous les jours les mêmes sérénades, les mêmes récidivistes, les policiers regardent parfois sans réagir, sans recevoir d’ordre des hauts états majors de la PNH et les juges relâchent car complices des criminels.

LIRE AUSSI>>  Haiti: Quand la peur d'être kidnappé décourage la diaspora de se mettre à l’abri du coronavirus

Une belle ordure ce gouvernement de facto. Et il se dit « C’est moi l’insécurité ». C’est une insécurité bien programmée pour que les gens laissent les quartiers pour aller se refuger dans d’autres zones. Cela fait l’affaire de Ariel Henry, pas de sécurité pas d’élection. Cette omplicité a une explication qui est très inquiétante, l’insécurité est une craractéristique du gouvernement de facto et les oligarques qui font du commerce d’armes et de cartouches pour tirer un maximun de profit possible. La vente de cartouches est un marché très rentable. La liste de tous ceux qui ont collaboré de cette insécurité grandissante, sont des hypocrites comme les élites politiques et économiques.

LIRE AUSSI>>  Quand la position des vieux démons de New York ne passe pas contre la nouvelle génération

La vérité est que la PNH n’ose plus désormais faire usage de sa force, limitée par responsables. L’autorité de l’État est plus considérée comme complice des violences dans les zones de gangs armés, une puissance au-dessus des citoyens, alors c’est l’État lui-même qui est menacé de désagrégation avec cette insécurité.

La violence nécessaire pour défendre la paix civile et qu’ils doivent en accepter les conséquences, quelqu’en soit le prix, ou accepter le chaos.

©️ 2022 #Antenne509

©️ Tous droits réservés –

Antenne 509 / A509
L’information en un clic !

Partager