Accueil Éditorial Haiti : on aime les crises et l’on crée la crise du...

Haiti : on aime les crises et l’on crée la crise du quinquennat présidentiel

Haiti : on aime les crises et l'on crée la crise du quinquennat présidentiel 1

Les crises sont les seules choses que nous produisions depuis des décennies. Ôtez les crises en Haiti et vous ôtez le plaisir de certains qui y voient le seul moyen de se mettre quelque chose sous les dents. Ótez les crises de nos coutumes et nos leaders politiques mourront affamés. Car, n’ayant aucun boulot, les crises suivies de manifestations sont leur seule planche de salut, autant se rabattre dessus pour être visibles, autant les provoquer dans leurs propres intérêts, autant les créer pour être dans les bonnes grâces des secteurs pourvoyeurs de fonds.

Après les récentes violences suintant des manifestations en séries et des mois de pays-lock sur fond de revendications. Voilà aujourd’hui que l’on s’amuse comme des petits enfants à créer d’autres crises, cette fois-ci d’un nouveau genre et le quinquennat de son Excellence Jovenel Moïse en est la cible principale. Sommes-nous sérieux? Sommes-nous arrivés à perdre la tête, au point de nous constamment tirer une balle au pied? Sommes-nous conscients de nos dérives qui, aujourd’hui, mettent l’avenir de nos enfants en grand danger ?

Lors des manifestations pour le départ du régime, il était surtout question de réduction de mandat ou de démission ipso facto du Président de la République, parce que son mandat courrait jusqu’au 7 Février 2022 et que les élections se tiendront au soir de l’an 2021. Aujourd’hui, plusieurs voix s’accordent dont celle de la constitutionnaliste Mirlande Hyppolite Manigat, pour demander que soit écourtée la durée du mandat présidentiel. J’aime bien l’ancienne secrétaire générale du RDNP, mais je doute fort qu’elle ait le dernier mot sur ce point-là. Parce que les articles de la constitution qu’elle a cités peuvent être diversement interprétés selon notre position par rapport à la chose politique et selon que l’on se positionne dans l’un ou l’autre camp.

LIRE AUSSI>>  Médiocrité ministerielle en Haïti

La tendance à écourter le quinquennat du président Moïse est née de sa décision de constater, le Lundi 13 janvier dernier, la fin de mandat de nos parlementaires qui, voyant leur fin certaine, ont tout remué soit pour être reconduits en tant que tels, soit attaquer, eux aussi, le quinquennat présidentiel – et depuis, pas un jour ne se passe sans qu’il n’y ait de commentaires à ce sujet. Cela s’appelle, sans plus ni moins, de la vengeance pure et simple. La théorie sur laquelle ils se basent ne tient pas la route. Elle est fausse sur toute la ligne. Car, que serait-il advenu si la transition de Privert avait duré quatre ans ? C’est un autre débat, diriez-vous, parce que vous avez peur de la vérité qui mettrait à nu toute la malhonnête et l’audacité politiques qui vous animent. Autant mentir à la population et plaire à vos chapelles respectives.

LIRE AUSSI>>  Pourquoi le policier haïtien mériterait un salaire spécial?

Aucun pays n’est jamais sorti des ornières du sous-développement, en étant constamment en crise. La Dominicanie qui, aujourd’hui, nous regarde, tout petits dans ses rétroviseurs, en est sortie depuis longtemps, grâce à la dimension citoyenne de ses leaders politiques qui voient Patrie avant toute autre chose. Les résultats qu’elle affiche aujourd’hui ne sont nullement le fruit du hasard. C’est le fruit de la persévérance, de l’abnégation, de la cohésion sociale, du patriotisme, du vivre ensemble et de la convivialité politique.

Et comprenez surtout que « dans les temps de crises politiques, on n’a que des opinions; les vertus ne comptent pas ». Et voilà pourquoi chacun se tire le drap dessus, parce que les intérêts individuels sont plus forts que ceux de la collectivité et c’est pourquoi les crises politiques ne se termineront pas de sitôt.

KeDar, Juin 2020

Antenne509/A509
L’information en un clic !

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.