Accueil Société Fin de la MINUJUSTH et début du BINUH

Fin de la MINUJUSTH et début du BINUH

Fin de la MINUJUSTH et début du BINUH 1

La Mission des Nations Unies pour l’Appui à la Justice en Haïti  (MINUJUSTH) a pris fin ce mardi 15 octobre après deux ans d’opération. Cette mission qui a débuté ses operations en octobre 2017 avait remplacé la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), qui a passé treize ans dans le pays.

À partir de ce mercredi 16 octobre 2019, le Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), une Mission Politique Spéciale créé par la résolution 2476 sous le Chapitre VI de la Charte de l’ONU , a pris le relais, pour une période initiale de 12 mois afin de poursuivre le travail mis en œuvre depuis 2004 en matière de stabilité, de sécurité, de gouvernance, d’état de droit et de droits humains.

Le BINUH œuvrera à titre consultatif avec les autorités haïtiennes et l’Équipe Pays des Nations Unies. Il comprend au maximum une trentaine d’experts, dirigée par l’américaine Helen La Lime qui est le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU.

LIRE AUSSI>>  Allocution du Président de la République, S.E.M. Jovenel Moise à l’occasion du 24ème anniversaire de la PNH

Le BINUH a pour mission:

  • conseiller le Gouvernement haïtien sur les moyens de promouvoir et de renforcer la stabilité politique et la bonne gouvernance, y compris l’état de droit, de préserver et de favoriser un environnement pacifique et stable, notamment en facilitant un dialogue national sans exclusive entre les Haïtiens et de protéger et de promouvoir les droits de l’homme ;
  • epauler le Gouvernement haïtien dans les activités qu ’il mène en vue :
  • de planifier et de tenir des élections libres, justes et transparentes ;
  • de renforcer la capacité de la Police nationale d ’Haïti de faire face à la violence des gangs et à la violence sexuelle et fondée sur le genre et de maintenir l’ordre public, notamment grâce à l’organisation de cours de formation sur les droits de la personne et la maîtrise des foules ;
  • de mettre au point une approche inclusive associant tous les secteurs de la société en vue de réduire la violence de quartier, et en particulier la violence de gangs ;
  • de lutter contre les atteintes aux droits de la personne et les violations de ces droits et de s’acquitter des obligations internationales qui lui incombent dans le domaine des droits de la personne ;
  • d’améliorer la gestion de l’administration pénitentiaire et le contrôle des lieux de détention afin de garantir que les détenus sont traités dans le respect des normes internationales ;
  • de renforcer le secteur de la justice, notamment en adoptant et en appliquant des textes de loi fondamentaux visant à promouvoir la réforme de ce secteur, en renforçant le contrôle interne et le respect du principe de responsabilité, particulièrement dans le cadre de la lutte contre la corruption, en s’attaquant au problème de la détention provisoire prolongée, et en veillant à ce que la nomination des juges soit fondée sur le mérite et à ce que leurs mandats soient renouvelés en temps voulu.
LIRE AUSSI>>  Sorel Jacinthe, un membre influent de l'opposition radicale haïtienne a la maladie du coronavirus

Pour lire la résolution du Conseil de sécurité qui a établi BINUH:

Antenne509/A509

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.