Accueil Éditorial FANTOM509 : Sbires ou les « Don Quichotte » de l’opposition politique radicale ?

FANTOM509 : Sbires ou les « Don Quichotte » de l’opposition politique radicale ?

Si les premières sorties de cette caravane de bandits étaient perçues comme une arme utile devant faire pression sur les autorités gouvernementales pour trouver rapidement des réponses aux desiderata des policiers haitiens qui ne demandent qu’à mieux être servis à la faveur de leur boulot ingrat et diversifié, eu égard au thermomètre de la politique de chez nous.

Cependant, les autres sorties qui s’en étaient suivies étaient imprimées d’une autre saveur qui n’avaient rien à voir aux besoins des policiers. Il y avait toute une amalgame de revendications aussi incohérentes qu’interminables qui pouvaient dénoter une ressemblance certaine aux revendications des secteurs de l’opposition naturellement et indéniablement versés dans le « rachemanyòk ».

Si, en cours de route, ils ont changé de discours, de comportement et de mission, c’est parce qu’ils ont traversé de l’autre côté des barricades. Étant des policiers actifs apparemment intrépides et besogneux, les groupes hostiles au pouvoir se sont rapprochés d’eux pour les besoins de leurs causes souffreteuses. Ainsi fait, ils financent leurs sorties, leur gratifient de quelques sous et les voilà devenus des réparateurs de brèches qui gagnent le macadam à chaque sortie ratée de l’opposition politique ou encore sur la demande des ténors de l’opposition et de la frange hostile du secteur privé des affaires.

LIRE AUSSI>>  Arnel Bélizaire est-il victime du syndrome de l'Apôtre Pierre ou rattrapé par le Karma?

Ils l’ont fait presque une demi-douzaine de fois en 2020 et tenaient à le rééditer hier, après un énième raté d’André Michel et de ses acolytes violents et abonnés à la déconstruction de la République. Mais, hier, plus que comme les jours précédents, ils ont été d’une rare violence et se sont permis d’assassiné un de leurs frères d’arme, membre de la SWAT dans l’exercice de ses fonctions et par la même occasion, provoqué une riposte proportionnelle à leurs agissements démentiels. Il y a eu des morts et des blessés dans le camp ennemi ou plutôt dans le camp de ces terroristes. D’autres se sont vus être identifiés et mis aux arrêts. On peut désormais les considérer comme tels, ils l’ont démontré hier comme à chaque fois d’ailleurs.

LIRE AUSSI>>  LA MALVEILLANCE POLITIQUE: ARME LÉTALE DES MEMBRES DE L’OPPOSITION AU POUVOIR

Sont-ils toujours des policiers imbus de la mission de servir et protéger ? J’en doute fort, l’opposition politique les a nommés, ils ne reconnaissent plus leurs frères, parce que trop occupés à regarder leurs poches gonflées à l’occasion et les promesses à eux faites, si d’aventure leurs actes de terreur parviendront à déchouquer le président de la République.

Regardez le timing parfait entre le raté de l’opposition politique et leurs sorties dans les rues de Port-au-Prince, ce vendredi . Facile de voir le lien existant entre ces deux entités définitivement imbriquées. Ces policiers devenus rebelles et terroristes de surcroit, ne sont pas à leur coup d’essai non plus, qu’on se le dise. Revigorés par le financement d’une frange du secteur privé des affaires et dopés par les discours politiques haineux et orientés, ils ne sont ni plus que moins que des sbires aussi bien que des « Don Quichotte » au service de l’opposition.

Comprenne qui pourra !

KéDar, 6 février 2020

Antenne509/A509
L’information en un clic !

Partager