Accueil Faits divers Espagne: un sous-marin chargé de cocaïne intercepté en Galice

Espagne: un sous-marin chargé de cocaïne intercepté en Galice

Espagne: un sous-marin chargé de cocaïne intercepté en Galice 1

Jusqu’ici, ce moyen de transport était plutôt utilisé par les narcotrafiquants colombiens pour envoyer leur cargaison vers le Mexique ou les Etats-Unis.

Plus de 7000 km au minimum à bord d’un sous-marin artisanal pour convoyer de la cocaïne, « on ne voit pas ça tous les jours», selon les autorités espagnoles. Ce dimanche, un sous-marin chargé de cocaïne provenant d’Amérique du Sud a été intercepté au large de la Galice, sur les côtes du nord-ouest de l’Espagne. Jusqu’ici, ce moyen de transport est plutôt utilisé par les narcotrafiquants colombiens pour envoyer leur cargaison vers le Mexiqueou encore vers les Etats-Unis.

Deux hommes de nationalité équatorienne ont été arrêtés à Cangas, près de la frontière portugaise, a indiqué un porte-parole de la préfecture galicienne. « Un plongeur est parvenu à entrer dans le sous-marin lundi et en a retiré un paquet de cocaïne », a-t-il expliqué.

LIRE AUSSI>>  Éducation et santé en Haïti

Lundi, les policiers essayaient de renflouer le sous-marin. Ils ne pourront pas déterminer la quantité totale de drogue à bord tant qu’ils ne l’auront pas fait, a fait valoir le porte-parole. Selon une source proche de l’enquête, le semi-submersible, d’une vingtaine de mètres, provenait d’Amérique du Sud.

« Il est très probable que l’appareil contienne plusieurs tonnes (de cocaïne) mais ce n’est qu’une estimation », a indiqué une autre source proche de l’enquête à l’AFP alors que plusieurs médias espagnols font état d’un chargement de plus de 3 t.

LIRE AUSSI>>  Le plus vieil arbre du monde a 4 850 ans, il s'appelle Mathusalem et vit à plus de 3 000 m d'altitude

Des submersibles « de plus en plus complexes »

Les gangs paient souvent des ingénieurs sans emploi et en manque d’argent pour qu’ils conçoivent et fabriquent les sous-marins, a déclaré Wilder Alejandro Sanchez, analyste en matière de défense et géopolitique au sein d’un « think-tank » américain, le Center for International Maritime Security (CIMSEC).

La plupart ne sont que des appareils semi-submersibles – soit des navires qui ne peuvent pas complètement plonger comme les sous-marins – mais certains peuvent s’enfoncer dans l’eau jusqu’à 30 m de profondeur, a ajouté l’analyste : « Ils deviennent de plus en plus modernes et complexes ».

Source: Le Parisien

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.