Accueil Éditorial Effet boomerang: l’opposition politique et son aveu d’impotence

Effet boomerang: l’opposition politique et son aveu d’impotence

Effet boomerang: l’opposition politique et son aveu d’impotence 1

L’école ne rouvrira ses portes qu’au lendemain du départ de Jovenel Moïse, dixit l’activiste André Michel. A-t-il perdu le nord? S’est-il converti à l’évangile de Jovenel Moise?

Aujourd’hui, d’une seule voix, l’opposition politique réclame, à gorge déployée, l’ouverture des classes la semaine prochaine. A-t-elle pu trouver une entente avec le Président de la République, eu égard à l’agenda d’un départ ordonné? Ou serait-ce un aveu d’impotence compte tenu du Realpolitik? Parce que, depuis le mois de Décembre de l’année dernière, les activités scolaires ont pu reprendre, au grand dam des ennemis du pouvoir et les élèves, enthousiastes, s’y étaient donné à coeur joie.

Entendre aujourd’hui les membres de l’opposition parler de réouverture des classes peut être tout, sauf une volonté arrêtée de leur part. Cela peut être une surprise, un aveu d’impuissance, le constat d’une bataille perdue, une réalité incontournable, parce que depuis septembre dernier les barricades ont remplacé l’école et quiconque oserait en parler, s’était vu comme un pestiféré, un traître et valet du système. Les barricades ne sont-elles plus l’avenir que nos enfants devaient ériger et protéger fusils en bandoulière? L’école redevient-elle ce qu’elle fut jadis?

LIRE AUSSI>>  L'INSÉCURITÉ, CETTE BOMBE À RETARDEMENT…

Au plus fort du pays-lock, les écoliers, eux étaient menacés de represailles et de mort, les établissements scolaires étaient badigeonnés de matières fécales ou caillassés à un degré moindre. C’était l’enfer et même des professeurs et intellectuels de renom s’étaient prêtés à ce jeu infâme. L’école était donc devenue un sujet tabou dont on ne parlait qu’au salon de peur d’être lapidé par les fous fanatiques de Youri Latortue, d’André Michel, d’Evalière Beauplan et compagnie.

LIRE AUSSI>>  Haiti: Quand la peur d'être kidnappé décourage la diaspora de se mettre à l’abri du coronavirus

Aussi, ce volte-face de l’opposition ne témoigne-t-il de sa mainmise sur les violences exacerbées qui émaillaient les manifestations de rues? Parce que “quand vous êtes chèrement payés par une tierce personne pour inventer des emmerdements (violences, pays-lock et contraintes en tous genres), il ne faut pas vous étonner qu’ils vous reviennent comme un boomerang.”

KéDar, Janvier 2020

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.