Accueil International Donald Trump, premier président américain à franchir la frontière nord-coréenne après sa...

Donald Trump, premier président américain à franchir la frontière nord-coréenne après sa rencontre avec Kim Jong-un

Donald Trump, premier président américain à franchir la frontière nord-coréenne après sa rencontre avec Kim Jong-un 1

Dimanche, Donald Trump est devenu le premier président américain en exercice à poser le pied sur le sol du plus vieil ennemi des Etats-Unis.

Une chaleureuse poignée de main du président Donald Trump et du dirigeant Kim Jong-un, dimanche 30 juin, en un lieu hautement symbolique – Panmunjom, le seul point de contact de la zone démilitarisée (Demilitarized Zone, DMZ) qui coupe la péninsule en deux – suivie du franchissement de la ligne de démarcation par le président américain à l’invitation de son interlocuteur resteront les images emblématiques d’une page en train de se tourner dans l’histoire tourmentée de la Corée.

Le franchissement par Donald Trump de la ligne de démarcation, matérialisée au sol par une ligne de béton, a eu lieu entre deux des baraquements bleu ciel des Nations unies, où ont lieu des rencontres intercoréennes et qui sont traversés aussi par celle-ci dans le sens de la largeur. Kim Jong-un l’avait rejoint descendant l’escalier du bâtiment officiel du côté nord-coréen.

LIRE AUSSI>>  Algérie : Démission du président Abdelaziz Bouteflika

Après que Donald Trump a fait quelques pas au Nord, se disant « fier d’avoir franchi la ligne de démarcation », Kim Jong-un a franchi à son tour celle-ci en sa compagnie pour retrouver le président Moon Jae-in du côté sud, dans une confusion bon enfant avec les journalistes. Ils se sont rendus ensuite au Pavillon du Sud. Donald Trump a remercié Kim Jong-un d’avoir accepté sa proposition, « sinon vous m’auriez fait perdre la face » a-t-il plaisanté. Pour Kim Jong-un, en franchissant la ligne de démarcation, Donald Trump a exprimé « sa volonté de surmonter les barrières ».

Par ses quelques pas en République populaire démocratique de Corée (RPDC), Donald Trump est devenu le premier président américain en exercice à poser le pied sur le sol du plus vieil ennemi des Etats-Unis. Ce qui n’était au départ qu’une simple rencontre impromptue pour échanger des « hello », comme l’avait proposé Donald Trump dans un tweet matinal, samedi 29 juin, alors que s’achevait le G20 à Osaka et qu’il s’apprêtait à s’envoler pour une visite prévue à Séoul, marque un tournant dans les relations entre Pyongyang et Washington.Les faits : Donald Trump, premier président américain à franchir la frontière nord-coréenne après sa rencontre avec Kim Jong-un

LIRE AUSSI>>  Attaque à la préfecture de police de Paris, l'assaillant neutralisé

Une mise en scène symbolique

Panmunjom est le symbole visuel des souffrances des Coréens : la division et la tension militaire. La visite de Donald Trump rompt avec la tonalité de celles de ses prédécesseurs qui entendaient démontrer par leur présence la détermination américaine à soutenir l’allié sud-coréen et à tenir en respect la RPDC. Par sa mise en scène, la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un qui suit celle, également symbolique, de ce dernier et du président sud-coréen, Moon Jae-in en avril 2018, envoie un signal positif d’une reprise des pourparlers sur la question nucléaire suspendue depuis le fiasco du sommet d’Hanoï en février.

Source: Le Monde

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.