Accueil Société Cri de coeur du premier Ministre Joseph Jouthe

Cri de coeur du premier Ministre Joseph Jouthe

Cri de coeur du premier Ministre Joseph Jouthe 1

Ce soir, je crois avoir déjà lu pendant environ une dizaine de fois le cri de coeur du journaliste Roberson Alphonse. Dans ce billet, plus d’un peut sentir la sensibilité humaine qui est palpable dans ces quelques lignes. L’émotion est flagrante. Il dévoile son amertume, son coeur d’enfant, son humilité, sa rectitude, son esprit critique et son âme de journaliste. Dans son « Billet à l’assassiné », M. Alphonse a énuméré, comme un couteau dans une plaie, plusieurs cas d’assassinat qui nous rongent et qui détruisent notre société à petit feu…

Nous connaissons presque chaque jour un mort de plus. Un mort de trop. À chaque fois qu’une mauvaise nouvelle se répand au pays; la fuite de cerveau vers d’autres terres devient de plus en plus évidente. Ceux et celles qui nous laissent, le plus souvent partent avec de belles idées qui auraient pu nous aider à forger un avenir meilleur. Ce sont des génies qui nous tournent le dos et ces derniers pourraient bien apporter leur contribution au développement de notre chère Haïti. Mais tristement ils/elles sont sur le point de fuir leur terre natale afin de sauver leur peau.

LIRE AUSSI>>  Le nouveau bilan du coronavirus en Haïti monte à 40 personnes infectées

Face à tout cela, en tant qu’homme d’Etat et en tant que citoyen Haïtien, je me sens blessé au plus profond de mon être. Mais tout n’est pas perdu. Fort heureusement qu’il me reste encore du courage pour continuer à lutter contre l’impunité hautaine qui se déambule sans crainte dans ce pays qui nous a tout donné, sauf la mort.

LIRE AUSSI>>  Le corona nous à battus tous

Et je ne perdrai pas espoir. Je continuerai ce noble combat jusqu’à la victoire sur l’obscurantisme, le crime organisé contre l’intelligence et l’impunité puante qui allègrement hantent les esprits des honnêtes gens.

Joseph Jouthe
4 octobre 2020

Partager