Accueil Éditorial C’est un devoir de stopper cette insécurité imposée, non contrôlée, illégale et...

C’est un devoir de stopper cette insécurité imposée, non contrôlée, illégale et mortifère

Port-au-Prince, le 29 avril 2021.- Vue ce qui se passe au niveau sécuritaire, Haïti ne coule même plus, elle est déjà noyée au fond de l’eau. Une frange de ceux qui sont là pour protéger et servir, joue le rôle de kidnappeur et transporteur des enlevé.e.s dans les zones rouges et attend leur pourcentage. C’est quand les pouvoirs publics vont agir en Haïti pour stopper l’insécurité ?

Quand les gens voient des policiers dans les rues avec des véhicules, ils pensent qu’ils sont en sécurité, cela dépend c’est tout le contraire. Les policiers en uniforme impliqués devraient finir en tôle. Responsable et coupable, voir complice. Maudit soit le policier qui est dans le kidnapping. Les racines des kidnappeurs doivent être déracinées à jamais.

LIRE AUSSI>>  Seront-elles des idiots les prochaines générations haïtiennes ?

Il est temps d’engager, enfin, une guerre contre les gangs et les criminelles armées au sein de l’institution qu’ils sont. Il faut prendre des mesures pour protéger ces gens des braquages et séquestrations. En lancant des traques dans toutes les régions du pays pour stopper cette insécurité, c’est un droit et un devoir des autorités.

LIRE AUSSI>>  Référendum: pour ou contre une nouvelle Constitution

L’État compétant doit décider d’être particulièrement très sévère pour taper encore et encore et les taper aussi fort tous les bandits afin d’érradiquer les gangs armés dans la société. Pour trouver un bol d’esperance pour conclure des mois très difficiles. La fin de la récréation doit être sifflée. Aucun pays souverain, aucun peuple ne peut et ne doit accepter cette ineptie.

Jacques A. LÉTANG

Antenne 509 / A509
L’information en un clic !

Partager