Accueil International Blocages contre le prix du carburant en Équateur, l’état d’urgence décrété

Blocages contre le prix du carburant en Équateur, l’état d’urgence décrété

Blocages contre le prix du carburant en Équateur, l’état d’urgence décrété 1

Le président équatorien Lenin Moreno a décrété ce jeudi 3 octobre l’état d’urgence sur tout le territoire. Cette mesure permettra la mobilisation des militaires pour faire face à la grève des transporteurs qui essaient de bloquer le pays.

Les affrontements se multiplient à Quito autour des ronds-points et des barricades dressées par les chauffeurs de taxi et de bus qui ont utilisé leurs véhicules pour bloquer les principales avenues de la capitale. Certains habitants sont en effet furieux de ne pas pouvoir se déplacer autrement qu’à pied ou à bord de camionnettes privées qui facturent leurs services à prix d’or.

Face à cette situation, le gouvernement a décidé l’annulation de toutes les classes de jeudi et vendredi et l’établissemenent de l’état d’urgence. Cet état d’exception permet d’établir des zones de sécurité sur le territoire, de suspendre ou limiter certains droits comme celui de la libre circulation, d’imposer la censure aux médias. Elle permet également de mobiliser l’armée et la police pour assurer l’ordre public. La Constitution prévoit que la mesure peut rester en vigueur 60 jours et être prorogée pour une période de 30 jours supplémentaires.

LIRE AUSSI>>  Covid-19 : Donald Trump suspend la contribution des États-Unis à l'OMS

Le gouvernement est la cible de la colère de la rue depuis qu’il a décidé mardi de mettre fin aux subventions sur les carburants. Cette mesure doit lui permettre de récupérer environ deux milliards d’euros par an, mais devrait entraîner la hausse des prix d’à peu près tous les produits de consommation, indique notre correspondant à Quito, Eric Samson.

LIRE AUSSI>>  États-Unis: la Lousiane sous les eaux avec la tempête Barry

Les syndicats et les organisations indigènes sont également sur le pied de guerre. Ils protestent contre des réformes du Code du travail, et notamment la réduction de quatre à deux semaines des vacances des fonctionnaires. Malgré la mobilisation de ses adversaires politiques proches de l’ancien président Rafael Correa, le président Moreno a indiqué que les mesures économiques seront intégralement maintenues.

Source: RFI

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.