Accueil Éditorial À qui profitent ces séries de kidnapping et de micmac qui dessinent...

À qui profitent ces séries de kidnapping et de micmac qui dessinent la ville ?

Pas facile de comprendre quand on est de l’un ou de l’autre côté des barricades et pas facile d’analyser non plus quand on ne sait pas lire entre les lignes. Voir, comprendre et analyser demandent une certaine dimension qui doit faire défaut au commun des mortels, parce qu’il est tellement plus facile de gober les niaiseries des autres que de s’en distancier.

Le kidnapping est aux membres de l’opposition politique ce que l’épée est aux guerriers : une arme de bataille sans plus ni moins. Dans la bataille qui oppose le secteur dit démocratique au régime de Jovenel Moïse depuis Septembre 2017, une ribambelle d’armes se sont vues être utilisées allant de l’utilisation des matières fécales, des cadavres innocents au pays-lock et au kidnapping depuis janvier 2020. Ils ont tout fait pour le déboulonner et ont même pactisé avec les forces obscures pour parvenir à leurs fins.

LIRE AUSSI>>  Kat Dermalog entre dénigrement, règlements de compte et envie d'étincelles

Le kidnapping est donc leur dernière carte à jouer, parce qu’il répugne et mobilise des foules qui, se sentant dans la ligne de mire des bandits, se verront dans l’ultime obligation de se révolter contre le pouvoir qui ne peut les protéger, au vu des circonstances.

Accusé à dessein dans ce micmac qui dessine sombrement la ville, le pouvoir semble avoir les mains liées et être incapable de s’en sortir. Mais comment protéger la population de l’insécurité au plus fort de l’instabilité politique à laquelle elle participe depuis cinq années. L’expérience prouve que l’instabilité politique fait très bon ménage avec l’insécurité en sorte qu’elle lui donne la bouffée d’air, les outils et espaces nécessaires à son expansion.

LIRE AUSSI>>  Quand la position des vieux démons de New York ne passe pas contre la nouvelle génération

Sans mettre de côté, la responsabilité gouvernementale, je me refuse à croire qu’il s’agit des kidnappings d’Etat. Autant vous dire que l’Etat ne saura se tirer une balle au pied. Parce que tout gouvernement, pensé-je, se fait de la paix publique un credo. Il n’a aucune volonté de mettre les bâtons dans les roues d’une population qu’il a fait le serment de protéger – au contraire des forces de l’opposition qui mettent tout en oeuvre pour le contraindre à tirer la révérence. A qui profitent ces séries de kidnapping et de micmac haut en couleurs qui dessinent la ville? Vous devez avoir la réponse maintenant.

KéDar, Mars 2021

Partager