Accueil Éditorial LÉON CHARLES: PATRON DE LA PNH POUR LE MEILLEUR ET NON POUR...

LÉON CHARLES: PATRON DE LA PNH POUR LE MEILLEUR ET NON POUR LE PIRE

LÉON CHARLES: PATRON DE LA PNH POUR LE MEILLEUR ET NON POUR LE PIRE 1

Ce n’est pas un nouveau Directeur général de la PNH qui jugulerait le problème de l’insécurité en Haiti. Ce n’est pas non plus l’achat de nouveaux blindés qui forcera la reddition de nos multitudes de gangs armés. Cela dépasse largement la seule volonté politique, et même la technique bien rôdée ne saurait le résoudre. L’intelligence et la participation citoyennes y jouent un rõle de premier plan.

Des décades de laxisme nous ont, aujourd’hui, rendu impuissant face à ce phénomène qui, chaque jour, prend de l’ampleur, jusqu’à devenir trop encombrant. Il nous ravit déjà nos enfants qui se sont faits humilier, assassiner et par la même occasion décapitaliser des dizaines de familles.

Pour y arriver là, il y a la démission en bloc de toutes les institutions de la République: la famille, l’église, l’école, la police et la justice. Toutes ont rendu leurs armes et deviennent, tout de go, de gentilles spectatrices qui goûtent au plaisir de la dénonciation.

Le problème, comment rétablir ces institutions qui, dans le temps, ont servi à régenter notre conduite? Comment ressusciter ces institutions au plus fort de la déraison et de la malveillance politiques?

On pourra beau avoir supprimer des centaines de bandits armés. On pourra beau avoir repris des dizaines de niches aux bandits. On pourra avoir beau être efficaces, mais sans le rétablissement de ces institutions, sans une volonté politique supportée par les leaders d’opinion (politiciens et médias), le secteur privé, les organismes de défense des droits humains et la participation citoyenne, ce sera du « lave men siye atè ». Les bandits pourront toujours reprendre du service et pousser comme des « dyondyon ».

LIRE AUSSI>>  La PNH face à l’usage de la force nécessaire contre le banditisme armé

En 2004, Léon Charles était volontaire, dévoué et mû d’une technicité à nulle autre pareille. Mais, il n’avait pas tardé à se faire engloutir par les forces ténébreuses, les forces de l’anti-changement. Il était dépassé, impuissant et soudainement impotent. Plus rien n’allait et son remplacement s’était alors imposé aux décideurs politiques.

Les dents de l’insécurité n’ont pas été tendres avec lui. Il était, lui aussi pris dans une sorte de prisme où les violences dans les rues ont fait éteindre toutes les lumières émanant de son leadership.

Tout pour vous dire que changer Rameau à la tête de la PNH ne nous ferait pas dormir à poings fermés ni sortir dans les rues sans la peur au ventre. Il vous faudra faire votre part et cesser toute fixation sur la personne du président de la République, comme s’il en était le seul responsable ou pire encore le mal absolu au dire d’André Michel.

Normil Rameau n’est pas mauvais. Il est un professionnel aguerri, partisan de l’odre. Il connaît le terrain et ce qu’il doit faire, mais le problème est beaucoup plus grave ce qu’il paraît être, plus complexe que ce qui se dit dans les médias et dans les discours des ouvriers politiques qui prétendent pouvoir tout juguler, si c’était eux.

LIRE AUSSI>>  Le SPNH et Phantom 509 au service de l’opposition

Le problème est sociétal et la réponse doit venir de la société. Receler son ami, son fils, son petit ami, ses parents bandits vous fait tout aussi complices de leurs oeuvres et c’est comme si vous mettiez de l’huile sur le feu. Le problème ne se résoudra pas dans la division et des accusions à tout vent, mais seulement si nous sommes en groupes serrés. Tout le monde doit s’y mettre, regarder dans la même direction et sans ressentir la moindre pitié pour les bourreaux et leurs complices. Tolérance zéro, sans plus ni moins. Nous devons mettre la peur de leur côté.

Nous devrons synchroniser nos forces et être les bras et yeux prolongés d’une police aseptisée de tout « konkòday » avec les groupes armés. Nous devons être plus unis que jamais et ne laisser cette initiative qu’aux seuls policiers et juges. Là seulement, Haiti pourrait redevenir vivable et un espace où il fera bon de vivre. Ne l’oubliez jamais: « Quand le civisme largue les voiles, il laisse toute la place au banditisme », pour répéter Jacques Caron.

KéDar, Novembre 2020

Antenne509/A509
L’information en un clic !

Partager